Texte
dimanche 17 décembre 2017

L'église paroissiale St Pierre - St Paul  

C'est le seul monument historique de la commune. Le début de sa construction remonte à la fin du 12ème siècle. C'est à l'initiative du Chapitre de Notre-Dame de Reims, propriétaire du terroir de Bourgogne, que cette construction est entreprise alors même que commencent les travaux d'édification de la cathédrale.
Cependant, la construction du chœur et du chevet, par laquelle le chantier débute, conserve les caractéristiques de l'art roman. Bien que d'une grande simplicité, ces deux parties de l'église présentent une réelle originalité : le mur plat qui clôt le chevet.
Peut-être l'architecte a-t-il subi l'influence des peintres romans qui présentent souvent la scène du calvaire surmontée de la lune et du soleil ? On ne sait rien des vitraux qui l'occupaient à l'origine mais on peut penser que la Vierge et St Jean, de part et d'autre de la croix, tournaient leur regard vers le Christ mourant, tandis que les éléments du cosmos présidaient conjointement cette mort divine.
La construction de la nef  date de la période 1220-1240. Les quatre travées, édifiées dans le style ogival utilisé à cette époque, donnent son équilibre à l'ensemble. Mais quand arrive le moment d'élever la façade, les crédits ont dû manquer et on se contente d'un simple portail surmonté d'une rosace  assez rustique.
Au cours du 19ème siècle, l’édifice s’enrichit des statues de ses saints patrons, Pierre et Paul, et d’une poutre de gloire reprenant les éléments qui devaient orner les vitraux du chevet : le Christ en croix et, de part et d’autre, la Vierge et Saint Jean. On modifie également le portail sud mais cette avancée ne fut pas reconstruite après-guerre.
La guerre de 1914-1918 endommage gravement l'église en raison des bombardements dont la commune, proche de la ligne de front, est la cible mais surtout de la décision du commandement allemand de détruire le clocher le 25 avril 1915.
Dès la fin de la guerre commence sa reconstruction qui s'achève en 1927 par le baptême des trois cloches dont le son marque encore la vie du village.

Soucieuse de l'entretien de cette propriété communale, les municipalités successives ont assuré régulièrement les travaux de restauration et d'adaptation nécessaires : ainsi en 1979 la toiture a été rénovée ; puis à l'occasion du centenaire de la mairie en 1988 un nouvel éclairage intérieur a été mis en place permettant la présentation d'un spectacle son et lumière ; il est utilisé lors des grandes cérémonies; enfin depuis 1995 un éclairage extérieur met en valeur l'édifice à la fin de chaque semaine.

Certaines familles continuent à embellir l’église : ainsi un vitrail de l’atelier rémois Simon-Marcq a été installé en 1984 dans la fenêtre du transept sud. Deux autres vitraux non figuratifs ont également été offerts en 2007 et 2008 ; ils sont l’œuvre du peintre Lydie Godbillon d’Ecueil et du maître verrier Jean-Claude Delorme, de Fresne-lès-Reims. Le 21 septembre 2007 a été inauguré l’orgue baroque aragonais des Frères Desmottes qui permet à l’église de résonner d’une musique de la plus belle qualité qui soit.

Eglise nettoyee 2015 1

eglise de Bourgogne nef vue den haut2 1

 

eglise de Bourgogne vitrail raisin 1 Eglise occuli ble 1 eglise de Bourgogne vitrail Ste Trinite 1
Vitrail raisin Vitrail oculi blé Vitrail Ste Trinité