Texte
dimanche 22 octobre 2017

Le Mausolée de Bourgogne ouvre ses portes le dimanche 9 avril 2017 de 14 à 17h

Mausolée Rameaux 2017

 

 Patrimoine de France : http://patrimoinedefrance.fr/journees-europeennes-du-patrimoine-2016-restauration-du-mausolee

Suivre l'actualité de l'association pour la sauvegarde du mausolée Fleche d3 vert 20689 bubka Books

 


LE MAUSOLÉE DE BOURGOGNE
CHAPELLE FUNÉRAIRE DE LA FAMILLE FAYNOT

    Si l’église paroissiale St Pierre-St Paul est un monument classé en raison de sa qualité architecturale, un autre bâtiment du village devrait la rejoindre dans ce classement: il s’agit de la chapelle funéraire de la famille Faynot, appelé par les Bourguignons le mausolée.
    Construite entre 1898 et 1914, cet imposant monument de 18 m sur 10, de style néo-byzantin est le fruit de la volonté d’une femme, Marie-Théodorine, Zoé Promsy, à la suite du décès de son mari, Jean-Marie, Léon Faynot, en 1896.
    Immensément riche car héritière unique de la plus grosse fortune de Bourgogne, cette femme désespérée, sans enfant, a décidé de consacrer celle-ci à l’édification d’une tombe digne du grand amour qui l’unissait à son époux. Certains n’hésitent pas aujourd’hui à la comparer au Taj Mahal indien.
    Pour cela, elle a choisi les plus grands artistes français de l’époque : l’architecte, second grand prix de Rome Octave Courtois-Suffit, le peintre-décorateur Georges-Antoine Rochegrosse et le sculpteur Gustave Michel. S’inspirant du mausolée de Galla Placida de Ravenne, ils ont réalisé un chef-d’œuvre entièrement couvert de marbres et de mosaïque les plus rares et le plus beaux.
    Dans sa volonté de perfection et de splendeur, la veuve Faynot a voulu trouver un marbre d’une qualité exceptionnelle, donc rare pour faire réaliser l’autel de cette chapelle. En septembre 1906, elle décide donc, bien qu’elle soit malade, de participer à un pèlerinage en Terre Sainte au cours duquel elle espère trouver ce fameux marbre. Malheureusement pour elle, dès le début du voyage, sa maladie s’aggrave et elle décède. Son corps est alors immergé : il ne repose donc pas aux côtés de celui de son mari dans son magnifique mausolée.  
    Ses descendants assureront la fin des travaux mais, au fil du temps, se préoccuperont de moins en moins de son entretien. A la mort de la dernière héritière, en 2008, l’édifice est dans un triste état en raison de nombreuses infiltrations : plaques de marbres brisées sur le sol, nombreuses tesselles de mosaïque décollées.
    A l’initiative de bénévoles soutenus par la municipalité, une association de sauvegarde a été créée en décembre 2011. Elle a réussi à le rendre étanche, à faire restaurer tous les vitraux et à remplacer les plaques de marbre fracturées. Mais l’immense travail de restauration ne pourra se faire qu’avec des artisans confirmés. Une expertise a été réalisée faisant apparaître beaucoup plus de dégâts qu’il n’y paraît. L’association fait donc appel à tous les bienfaiteurs et mécènes qui lui permettront au cours des prochaine années de mener à bien cet énorme chantier.
    Le monument est ouvert au public les après-midis du dimanche des Rameaux et de la Toussaint ainsi qu’aux journées du patrimoine.

On peut découvrir beaucoup plus d’informations en consultant la notice réalisée par l’association sur le site Wikipédia fleche d2 vert2Mausolée 1 1

 

Mausolée 1 1 Mausolée 2 1 Mausolée 6 1
Mausolée 3 1 Mausolée 4 1 Mausolée 5 1